La Danse ou l'Abstraction de la Vie

Une invitation au voyage ... via les danses traditionnelles et contemporaines africaines, les arts et les cultures d'Afrique.

14 mars 2010

Principe d'unité dans la Danse Africaine


Il est une caractéristique que l’on retrouve dans toutes les danses traditionnelles exécutées sur le continent africain. Il s’agit du principe d’unité exprimé à de multiples niveaux.


Unité des corps

Les danseurs disposés en cercle forment un ensemble, unis dans le même mouvement. Le cercle forme un espace d’harmonisation, d’équilibre où chacun trouve sa place et peut exprimer sa particularité à l’intérieur d’un cadre rythmique. Les danses de divertissement ou profanes favorisent donc la cohésion du groupe et le partage entre ses membres.


La danse africaine est par essence inclusive. En effet, le public qui assiste au spectacle entre également dans la danse que ce soit en frappant simplement des mains pour marquer le rythme, en tapant du pied ou en dansant à l’unisson avec les artistes.


Unité du temps et de l’espace

Espace et temps sont définis par le rythme; ils se confondent et se fondent dans le cercle. Cette figure géométrique simple, constante de la culture africaine, rappelle l’unité primordiale de la création et représente la conception africaine du temps pour laquelle toute vie part d’un point, se développe selon une trajectoire circulaire pour aboutir au point d’origine. Ainsi la vie se conçoit-elle comme le perpétuel retour de l’éternel présent.

« L’espace défini par la pulsation n’est pas tangible, il est illimité». Cette pulsation « permet au corps de s’abandonner dans cet espace ainsi défini et à l’âme de l’explorer. Elle invite à danser, ici et maintenant, avec toute son âme » *.


Unité entre danseurs et musiciens

Le dialogue qui s’établit entre danseurs et musiciens les réunit au sein d’une sphère de musicalité nourrie à même la créativité des uns et des autres. Tour à tour, lors de l’échange et de la stimulation mutuelle qui s’instaure, le danseur soliste devient musicien car il dicte aux musiciens le rythme à suivre par la gestuelle qu’il développe et les musiciens demeurent les gardiens du rythme.


Cette unité se démultiplie sur plusieurs plans : dans l’espace tridimensionnel au sein duquel se déploie le mouvement de la danse; celui-ci prend naissance et se perpétue avec le rythme intrinsèque qui l’accompagne, révélant la notion de temps, la clé ouvrant la porte de la quatrième dimension. Dans la cinquième dimension, l'unité rêve d'éternité comme la tentative d'un retour à la source originelle.


* NGANOU, A. Danse-thérapie et traumatisme psychique : restauration narcissique et réappropriation de soi chez la femme présentant des troubles post-traumatiques, à travers la pratique de la danse. Thèse d’exercice de médecine. Paris : Université Paris 7- Xavier Bichat, Paris, 2007. 272f.


Aucun commentaire: